Innovation 30 juin 2021

Les bâtiments intelligents : une simple tendance ?

Le numérique envahit notre quotidien. Nous sommes de plus en plus connectés… Et nos lieux de travail ou d’habitation également ! Mais est-ce une simple tendance ? Où en est-on aujourd’hui ? Quelques éléments de réponse avec Christopher Tollnert, Directeur de l’Informatique et de l’Innovation Digitale du Groupe GSF.

Pourquoi parle-t-on de plus en plus de bâtiments intelligents ?

C’est une tendance de fond qui touche nos clients depuis quelques années, notamment dans le Tertiaire. De nouveaux modes d’organisation de travail se mettent en place, on parle de flex office. Et tout cela s’est accéléré avec la crise sanitaire. Mais les bâtiments intelligents sont encore très peu nombreux ! Et lorsque les bâtiments sont connectés, il faut aussi pouvoir avoir accès à différentes données (flux, taux d’occupation, satisfaction utilisateurs, données environnementales, requêtes…) pour pouvoir les exploiter correctement. Ce qui engendre également des problématiques autour du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

 

Est-il possible d’équiper des bâtiments classiques et les rendre plus connectés ?

Oui, cela est envisageable et comporte l’apport de capteurs, de connectivité, d’une plateforme IoT (élément qui centralise les communications des objets connectés) … C’est une importante mise en place… Et ce n’est pas une mince affaire ! Aujourd’hui, les bâtiments intelligents sont plus axés sur la consommation énergétique : certains rendent communicants les compteurs existants (électricité, gaz, eau…), d’autres mesurent la température, l’humidité intérieure, détectent la présence dans une pièce ou mesurent la luminosité…

 

Quelles sont les projections futures dans le domaine des prestations de services ?


Dans le Tertiaire par exemple, nous devons nous pencher sur la manière dont les bureaux sont utilisés et travailler sur l’hospitality management pour coller le plus possible aux besoins de nos clients. Il faut être force de proposition, adaptables, réactifs et par exemple pouvoir s’appuyer sur le taux d’occupation des bureaux ou des salles de réunion pour réaliser des prestations à l’usage. C’est grâce à la collecte de données réalisées notamment à l’aide de capteurs installés dans les bâtiments intelligents que nous pouvons adapter nos services au juste nécessaire.

 

 

 

capteursdonnéesIOTmultiservicesnumérique

Partager l'article

Les articles qui peuvent vous intéresser

Restez informé !

Suivez toute l’actualité du blog

inscrivez-vous