Wiki Prisme 3 juin 2021

Choisir son produit de nettoyage… avec bon SENS !

Le bon sens : il faut en faire preuve chaque jour ! C’est valable également lorsqu’on se doit de choisir un produit de nettoyage… Pas seulement en lisant l’étiquette mais aussi en respectant le SENS… Encore un acronyme ! Alors comment faire un choix efficient ? On vous accompagne.

 

S comme Souillure

En premier lieu, il faut savoir identifier les salissures que vous voulez nettoyer. Cela influencera le choix du produit et sa nature (acide, alcalin, neutre, solvanté…). Il est important aussi de se demander si une action désinfectante est requise, et si oui, laquelle : un désinfectant efficace sur des moisissures ne l’est pas forcément contre les virus…

Cette première interrogation doit déjà être source de réflexion car certains produits peuvent s’attaquer à des souillures multiples… mais le “tout-en-un” magique universel n’existe pas encore sur le marché !

E comme Eau

De l’eau c’est de l’eau…tous les fans d’aquariums ou possesseurs de piscines vous diront le contraire : et ils auront raison ! L’eau peut être plus ou moins dure* et cela a des conséquences sur le produit de nettoyage à choisir. Une eau trop dure va empêcher un produit de mousser, ou même d’être efficace.

Connaître la dureté de votre eau permettra d’adapter le produit de nettoyage : certains sont formulés spécifiquement pour fonctionner avec des eaux de dureté extrême !

La température a aussi un rôle important sur le choix de votre produit de nettoyage : pensez au TACT !

N comme Nettoyage…

Les facteurs influençant l’action de nettoyage au sens large sont à prendre en compte dans votre choix de produit. Il faut alors raisonner avec bon sens (sans acronyme cette fois !) en priorisant les “contraintes” qui vous sont imposées : Quelle est la durée de libération de la zone ? S’agit-il d’une opération ponctuelle ou régulière ? Pouvez-vous utiliser de l’eau en quantité ? Disposez-vous du matériel, des équipements de protection pour l’utiliser, et même des personnes formées et compétentes pour réaliser l’opération ? Quel est le niveau d’accessibilité ?… La liste peut être longue !

En fonction de ces contraintes, des méthodes différentes – donc des produits différents – peuvent être mises en œuvre – l’exemple d’actualité en est la nébulisation.

 

S comme Surface

On n’attaque pas la carrosserie de la voiture neuve ou le carrelage de la salle de bain avec le même produit qu’un parquet en chêne ancien… c’est évident ! Pourtant quand on doit affiner le choix de la surface, ce n’est pas toujours aussi simple, particulièrement en milieu industriel : l’acide rénovateur qui vous permettra de récupérer les taches de rouille risque fort de faire un sort aux ventouses en caoutchouc voisines…

Il faut donc commencer par identifier les types de surfaces que l’on souhaite nettoyer, mais aussi porter attention à leur température, à leur rugosité et plus largement à leur conception.

Vous n’êtes pas chimiste de formation ? Tant mieux, les fournisseurs de produits y ont pensé et la nature des surfaces sensibles (ou pas) est précisée sur la documentation technique du produit !

 

Finalement, choisir un produit de nettoyage dans une liste ou un linéaire n’est pas si simple… et faire appel à un expert peut s’avérer utile voire nécessaire, particulièrement pour des nettoyages complexes ou sensibles ! Retenez tout de même que le produit miracle tout-en-un n’existe pas encore, et qu’une fois le produit adapté identifié, il vous faudra l’utiliser avec TACT !

 

*La “dureté” de l’eau fait référence à la quantité de calcium et de magnésium qu’elle contient. Sceptique ? Il suffit de regarder l’étiquette de la bouteille d’eau sur votre bureau…et celle de votre voisin ! Pour l’eau du robinet, c’est la même chose : en fonction de la source de l’eau et de votre emplacement géographique, la dureté varie…

 

 

 

expertisehygièneproduitspropreté

Partager l'article

Restez informé !

Suivez toute l’actualité du blog

inscrivez-vous